J’ai longtemps suivi la carrière de Zazie, en disque, en live, jusqu’à ce que son côté démago et artiste-super-engagée ne commencent à prendre un peu trop le pas sur la musique.

Je m’y suis remise avec l’album Rodéo, puis j’ai re-lâché l’affaire (rien écouté depuis).

Là elle sort Cyclo, un album plutôt minimaliste, pas super gai et plutôt bon. Enfin qui me plaît. Les mélodies sont assez classiques, c’est de la chanson française bien tournée. Les thèmes sont assez tristes dans l’ensemble (séparation, jalousie, temps qui passe, rides sur la tronche), c’est un peu ce qu’aurai pu faire Jenifer avec sa chanson “L’amour et moi” si elle était vraiment auteur-compositeur et si elle avait vraiment du talent (oui je sais il n’y aucune raison de comparer les deux, mais c’est à ça que j’ai pensé en écoutant l’album de Zazie).

À écouter en pleine crise de mélancolie printanière, chez soi, en regardant tomber la grosse averse qui vient détruire les premiers bourgeons et refroidir la température de 5 degrés.

26/03/2013 Musique 1 commentaire

J’ai un rapport relativement ambivalent à Marina and the Diamonds. J’ai beaucoup aimé son premier album musicalement et textuellement, tout en ne supportant pas sa gueule dans les clips. Je suis allée la voir en concert et pour la première fois de ma vie je suis sortie d’une salle en cours de route tellement je trouvais ça amateur et chiant. D’habitude j’aime entendre les groupes ou chanteurs en live, elle je n’y arrive absolument pas. Et pourtant j’aime les chanteuses qui gueulent et font des bruits bizarres avec leurs cordes vocales.

Quand j’ai entendu le premier extrait – Fear and loathing – de son nouvel album au début de l’année, j’ai été agréablement surprise, puis en entendant Radioactive je me suis demandée comment en 2012 on pouvait encore sortir un titre qui ressemble autant à de la mauvaise dance italienne. Le clip aussi m’a paru assez has-been, avec son fantasme de jeunesse décadente américaine.

Electra Heart est un concept-album, donc, qui nous raconte la vie et la chute d’une jeune fille des suburbs américains, jeune fille qui n’existe que par la séduction mais que personne n’aime au fond (bouhou). Une sorte de spin-off de sa chanson Hollywood. En gros, prenez le roman Valley of the Dolls et la série Mad Men et secouez le tout, ça vous donnera une idée.

Manque de bol pour Marina, son concept est arrivé en même temps que Lana Del Rey, qui joue sur la même thématique en la glorifiant, alors que Marina tente d’en montrer le côté sombre. Le soucis avec cet album, c’est que c’est tellement 1er degré qu’on y croit pas une seconde. “You’re like my dad, you’d get on well, I send my best regards from hell” (Starring Role) (roooh, ça va, t’as plus 14 ans, là… )

Après, est-ce parce que j’écoute les paroles des chansons ? Qu’est-ce que ça donne si on ne se fixe que sur la musique ? Eh bien c’est mitigé, aussi. C’est bien produit, avec des refrains un peu trop faciles (The State of Dreaming), r’n’b de pacotille (Starring Role), ou très années 80 parfois (Hypocrates). En fait la plupart des titres me donnent l’impression que les couplets ont été écrits par Marina Diamondis et les refrains par des faiseurs de chansons pop standards. Parce que mine de rien, elle a un style d’écriture reconnaissable… mais là ça sonne bancal.

Bon, après, rappelons-nous la règle du second album : 1er album réussi, 2nd album loupé.   Trop d’ambitions, pas assez de moyens.

Le pire dans tout ça, c’est que j’aime bien cet album quand même. J’ai toujours autant envie de lui mettre des tartes quand je la vois dans un clip, mais il y a quelque chose de sinistre dans ses chansons qui me plaît. J’attendrai donc le 3ème album.

(Et pour ceux qui ne connaissent pas, avant elle avait sorti – entre autres – ça et, surtout, ça)

Heureusement, pour me consoler et me mettre dans un mode bien plus guilleret, je me suis rappelé cette photo.

Paul Banks / Photo par James Kendi

Paul Banks / Photo par James Kendi

Mieux que les Fleurs de Bach contre la déprime passagère : la photo de bonnard blond, imberbe, et sans t-shirt. Bonnard qui, lorsqu’il ne se roule pas par terre pour exciter de la donzelle, fait partie d’un très bon groupe et a une voix très spéciale. C’est bon, j’ai la bande-son de ma semaine.

Merci Paul.

Interpol – Lights ♪

Note : Je me demande si la similartité avec cette photo de Romy Scheider par Giancarlo Botti est fortuite ou non…

À l’époque du nouvel album, j’aimais bien t.A.T.u. La prod glaciale, les mélodies répétitives, les voix éraillées de pré-pubères, le “c’est presque de la dance de merde mais on a évité de peu”, Trevor Horn qui s’occupe de l’album anglophone, les clips mal montés et ultra 1er degré, les performances lives toutes pourries, tout ça. Et aussi le côté glauque que donnait le mélange “producteur un peu louche + gamines” – exhib pour l’une et coincée pour l’autre (cf. le clip de Prostye Dvizhenia). Tenez, d’ailleurs si vous voulez du glauquissimo, matez le docu Anatomy of t.A.T.u., c’est assez spé comme ambiance.

Même maintenant, je ne crache pas sur un petit Nas ne dogonyat ou un Obezyanka Nol de temps à autres. Oui, tant qu’à faire, je les écoute en russe, je n’y comprends pas grand chose mais je trouve ça plus expressif.

Tout ça pour dire que j’aimais bien la brune, Yulia, je lui trouvais vraiment une jolie tronche (cf. Fig 1, à droite) malgré sa tendance, passé 2003, à se dessiner les sourcils au marqueur.

 

Fig. 1 

Quand soudain, au détour d’une session de “Tiens-mais-que-sont-elles-devenues”…

Fig. … euh… Preuve 2.


Comment dire… ?

Ah oui.

PUTAAAAIN !!
MAIS POURQUOI, YULIA, POURQUOI ???!!
Ok, tu parles pas français alors je te le fais en russe : POCHEMU, YOULIA, BORDELOV ??!

 

Certes, elle se trouve certainement charmante, c’est tout le mal que je lui souhaite, de se plaire, et puis elle est allée toute seule comme une grande se faire… euh… arranger la gueule, mais euh, ça pique un peu les yeux. Surtout quand on se dit qu’elle n’a que 27 ans.

Et en mouvement c’est encore mieux, tout en classe et en finesse (la fille, le scénario du clip, la totale) :

Et la rousse, Lena, dans tout ça ? Eh bien elle s’en est plutôt bien sortie (physiquement. On ne parle pas musicalement, hein, bien sûr…)

Na zdoróvye.

[ NDLR : Ce qui suit est un fantasme ]

Je ne suis pas fan de Soko au départ, mais en cherchant la vidéo où il y a l’ex-nerd-autiste-devenu-gros-bonnard d’Esprit Criminels, je suis tombée sur celle-ci.

 

Ça a fait sourire la saloperie de 14 ans qui ne sommeille pas tant que ça en moi, alors…

(et au final, le plus bonnard dans le clip que je cherchais, c’est le lapin)

1 2 3