Pas de bras, pas de chocolat ? Eh bien pas de sous, pas de vacances non plus !

Autant quand j’étais petite, les étés sans partir me dérangeaient assez peu (plein de temps pour dessiner, woohoo !), autant après plus de 10 ans à travailler je commence à ressentir véritablement le besoin de changer d’air, ne serait-ce que pour quelques jours, histoire d’éviter la surchauffe cérébrale. Sauf que là je ne peux pas. La dèche. Totale. Pour éviter de me transformer rapidement en blob haineux, je vais donc privilégier les micro-aller-retours pas trop loin, pas trop cher…

Dimanche, ce fut : la forêt de Fontainebleau !

4 h de marche, dont… 1h30 à se perdre, environ.
– “Oh un trait jaune”
– “Oui mais non, celui-là il est jaune-fluo-vertical, et nous c’est jaune-primaire-horizontal…”

– “Mais ! Que fait cette départementale sur le chemin ?”
– “Ok, demi-tour…”

Des papillons, des rochers, un scarabée aux reflets violets, des lézards, des arbres, des arbres et encore des arbres.

Ça fait du bien.